Archives mensuelles : septembre 2021

©️ Une journée ordinaire…


croqueurs

Pour ce défi 254 du 300921 chez les Crôqueurs de Môts, Jeanne Fadosi nous demande « une journée ordinaire »

.

Une journée ordinaire…

.

Un jour bien ordinaire

Pour un petit bol d’air

Sur un petit sentier

Je me suis promenée

.

De l’automne paré

L’était beau mon sentier

Les couleurs chatoyantes

F’saient forêt rayonnante

.

Jaune et rouge vermeil

Et de l’ocre au marron

Nature s’ensommeille

Nous offrant si beaux tons

.

Sur un banc m’suis posée

Moment sérénité

.

L’Ecureuil bien caché

S’est à peine montré

Dans les branches perché

Ne se laisse pas trouver

.

Dans le creux du fossé

Noisettes sont tombées

Faisant festin de choix

Mais l’ira? l’ira pas?

.

Au coeur de la forêt

Joli pinson chantait

En un vol peu discret

Des bernaches volaient

.

Sur mon banc suis restée

Moment sérénité

.

Un rayon de soleil

Dans les branches quelle merveille

Se disperse en étoile

Se pose sur une toile

.

Une petite araignée

S’en trouve toute étonnée

Un long fil va tisser

Pour l’étoile garder

.

Tous ces moments couleur

Sont éclats de douceur

Au regard attendri

Du passant qui sourit

.

De mon banc m’suis levée

Moment sérénité

.

© Annick 300921

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est natali_golden-days-231019.jpg

copyright

© Une soirée imprévue…


Atelier d’écriture chez An’Maï et compagnie

.

Liste proposée par An’Maï (CLIC sur l’image)

Liste 19: Gendarmette, penalty, taxi, souris, disjoncter, table, confort, péritonite, couteau, karma

.

Une soirée imprévue..

.

Finie sa journée d’gendarmette

Elle va pouvoir se faire coquette

Filer au stade dans un taxi

Suivre un match de ses amis

.

Oui mais voilà mauvais karma

Elle ne s’attendait pas à ça

Crise de péritonite aiguë

La fait disjoncter c’est fichu

.

Comble de malheur sous la table

Une souris imperturbable

La fixe les yeux dans les yeux

Quelle effrontée c’est audacieux

.

Une main sur le téléphone

Pour app’ler doc ça sonne ça sonne

Et de l’autre un couteau saisit

Menaçant la pauvre souris

.

À défaut de stade en visio

Sur téléphone met la radio

Entend qu’au match un penalty

Donne la victoire à ses amis

.

Petite souris s’en est allée

Dans son trou vite se cacher

Pour sortir d’cet imbroglio

Lâche téléphone lâche le couteau

.

La crise s’étant éloignée

Cherche le confort d’son canapé

Adieu le stade adieu amis

N’reste plus qu’à faire bonne nuit !

.

©Annick 290921

Photo du net

© Moment zen..


.

Atelier d’écriture Chez Ghislaine (clic sur l’image)

#Atelier165 du 200921:

Mots imposés: logique, parcours, erreur, longtemps, égarer, allonger, corriger, subir et/ou ressenti sur le tableau

.

Moment zen…

.

Sur un rocher elle s’est posée

Pour un moment sérénité

Elle se laisse aller à rêver

Au bonheur qu’elle a tant souhaité

.

Au loin les erreurs du passé

Finis parcours accidentés

Trop longtemps elle s’est égarée

Dans les méandres du passé

.

Fini de subir méchanc’tés

Plus de logique à assumer

Elle est toute prête à corriger

Tout ce qu’elle a accumulé

.

Lors se perd dans l’immensité

Se voit sur le sable allongée

Profitant de ce temps d’été

Pour simplement se retrouver

.

© Annick 280921

© Chat alors…


Atelier d’écriture chez An’Maï et compagnie

.

Liste proposée par An’Maï (CLIC sur l’image) et Lionel

Liste 18: couvercle, poubelle, chat, radiateur, hibou, multiprise, Incas, aubergine, banane, télécommande

.

Chat alors…

.

Près du radiateur est posée

Nouvelle poubelle connectée

À une multiprise branchée

Elle fonctionne sans discontinuer

.

Peau de banane ou aubergine

Ou derniers restes de tajine

Tout lui convient tout est broyé

Ne reste plus qu’à composter

.

Le chat la fuit car s’il s’approche

Le couvercle alors se décroche

Pas besoin de télécommande

Son esprit seul se fait commande

.

Et même des Incas le totem

N’aurait pas un effet idem

Encore moins l’esprit du hibou

Ou des incantations « chelou »

.

Tous les grands mystères de la vie

L’infini pouvoir de l’esprit

Nous les découvrons chaque jour

Et les chats surprendront toujours

.

©Annick 250921

Photo du net

©️ Rêver…


croqueurs

Pour ce défi 253 chez les Crôqueurs de Môts,  Jill Bill nous demande un poème sur les rêves

.

Rêver…

.

Quelques oiseaux

Volant là-haut

Un arbre en fleurs

Deux trois prom’neurs

.

Un p’tit brin d’herbe

Entre deux fleurs

Un air superbe

En la mineur

.

Des capucines

De belles pensées 

Lèvres mutines

Se prélasser

.

Des goélands

Des cormorans

De jolies mouettes

Un’ avocette

.

Une maisonnette

Aux volets bleus

Une épuisette

Un filet vieux

.

Un p’tit bateau

Au bord de l’eau

 Que rêver d’mieux

Pour être heureux

.

© Annick 230921

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mldesign_summerday-190620.jpg

 

copyright

© Journée cadeau…


Atelier d’écriture chez Maridan « Les mots de Montpellier »

#Atelier 13 sujets été 2021 – 1A Ecrire un texte de son choix avec 5 mots, 5 adjectifs, 5 verbes choisis parmi ceux proposés

J’ai ajouté 4 des « phrases proposées« 

. 

Journée cadeau..

.

Il est matin ciel est pluvieux

Pas judicieux de s’élancer

Sur ce chemin si merveilleux

Qui nous invite à paresser

.

Même le chat poursuit sa nuit

     Tout ronronnant l’est tout mimi

Ne m’reste plus qu’à m’allonger

Lire bons conseils pour jardiner 

.

Rêver croisière sur grand bateau

Au creux des îles tout est si beau

Jouer les poètes et faire rimer

Sans raison bons mots du passé

.

« La vie est belle » « je serai bien« 

   Et « le futur just’ m’appartient« 

     « Sans me mélanger les pinceaux« 

J’vivrai ce jour comme un cadeau

.

©Annick 220921

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est thld-paradiseisland-240619.jpg

©️ Sur le zinc…


croqueurs

Pour ce défi 253 chez les Crôqueurs de Môts, Jill bill propose, pour ce lundi 200921,

de refaire le monde sur le zinc  à l’aide de ces 15 expressions en verlan,  qu’importe l’ordre ! Texte en français bien sûr, incluant ces 15 expressions!!!

Auch = chaud

Beubard = barbe

 Cheum = moche

 Gueudin = dingue

 Joibour = bourgeois

 Keum = mec

 Laisse béton = laisse tomber

 Meuf = femme

 Nawak = n’importe quoi

 Péta = taper

 Résoi = soirée

 Teillebout = bouteille

 Veugra = grave

 Yeuve = vieux

 Zeyo = oseille

.

Sur le zinc

.

C’était en juillet faisait auch

Aux champs on commençait la fauche

Sa teillebout vide un keum beubard

S’croyant malin vise un ptit bar

.

Là sur le zinc une meuf joibour

R’faisait le monde contait résoi

À grands renforts de calembours

C’était gueudin c’était grivois

.

Voulait se la péta greuva

Lors elle faisait juste nawak

Notre yeuve keum d’elle s’approcha

Disant laisse béton t’es en vrac

.

De sa poche il sortit zeyo

Et commanda une teillebout d’eau

Prit par la main la meuf cheum

La sortit d’ce capharnaüm

.

Une meuf un keum un peu chelou

Sur le chemin s’en furent comass

À iep dans leur monde un peu fou

Vivre aventures zarbi cocasses

.

© Annick 200921

.

chelou = louche

comass = comme ça

à iep = à pied

zarbibizarre

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est e4545a408af532cfa4c82da5f74581e3.jpg

copyright

© Plouf..


.

Atelier d’écriture Chez Ghislaine (clic sur l’image)

#Atelier164 du 100921:

Mots imposés: présent, selon, avant, pourtant, porter, compter, devenir, prévenir et/ou 5 mots -ment et/ou ressenti sur smartphone

.

Plouf…

.

À la main son smartphone rivé

Avant au présent ou demain

Pour prévenir ou s’informer

Simplement se croyait malin

.

Selon lui c’était important

S’voyant pas sans oui et pourtant

En s’prom’nant malencontreusement

Smartphone glissa dans l’eau chutant

.

Ah oui pour sûr l’est pas veinard

Qu’allait-il dev’nir quel cauch’mar

C’était sans compter le hasard

Smartphone posait sur nénuphar

.

Le v’là sauvé r’tiendra la l’l’çon

Plus de smartphone à main rivé

Le portera sage décision

Au fond d’sa poche pour l’protéger

.

© Annick 260721

©️ Ar Mor… La Mer…


croqueurs

Pour ce défi 253 chez les Crôqueurs de Môts, Jill bill propose, pour ce jeudi poésie 160921,

de mettre un poème en patois de notre choix

.

AR MOR
(Kan eun emzivad)

(Yes Kerne*).

Me da gar, o môr don,
A iud evel eul lon
Pa c’houez ar gorventen !
Pa welan da c’hoummou
0 tired a dammou
Warzu d’am énézen !

Me gar da c’huannaden
0 tont war an aezen
Beteg va wele-kloz,
Hag ar soniou seder
A gannez er pellder,
En sioulder kun an noz.

Hag ivez, d’ar c’hreiste,
Me wel gant karanté
An heol sklerijennus,
Euz an oabren ledan,
0 tol e sklerder-tan
War da zour didrouzus.

Me da gar, o môr glas !…
Koulskoude, anken bras
Teuz lakeet em c’halon :
Meur a va zud karet
Ganiz zo bet skrapet
Hag a hun ‘na zour don.

Pe leac’h maont, holl va zud
Teuz-te lonket heb brud
Gand da veg didrue ?
Siwaz ! Du-ze, er mez,
Baleet heb divez,
Maont é leac’h oar Doue !

Ha me gleffe brema,
Gant va mouez ar c’hrenva
Da viliga bepred !
Hogen n’ellan, da vad,
P’ha welan o lipat
Réier m’énez karet.

Me da gar, me da gar !
Goaz z’é vid ma glac’har,
Ma c’hreiz, tav da c’hirvoud !
D’id ma c’halon, o môr !
Ha, mar kwitan Arvor,
Mervel a rinn heb out !

Yann-Ber Kalloc’h (dit « Bleimor »), in Un barde breton. Jean-Pierre Calloc’h – Bleimor. Sa vie et ses œuvres inédites, 1888-1917, par Paul Palaux ; Libr. Le Goaziou, Quimper, 1926.1903.

* Dialecte de Cornouailles.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est tempete-cote-du-finistere-henri-moret-1898.jpg

Tempête, côte du Finistère – Henri Moret – 1898

LA MER
(Chanson d’orphelin)

Je t’aime, ô mer profonde,
Qui hurles comme une bête,
Quand souffle l’ouragan
Quand je vois tes vagues,
Courir, par tronçons,
Du côté de mon île.

J’aime ta plainte,
Qui vient, sur la brise,
Jusqu’à mon lit-clos ;
Et les joyeuses sônes,
Que tu chantes dans le lointain,
Dans la douce paix de la nuit.

Et aussi, à midi,
Je vois avec amour,
Le soleil étincelant,
Du haut du large firmament,
Verser sa lumière de feu,
Sur ton onde silencieuse.

Je t’aime, ô mer bleue !
Et pourtant dans mon cœur,
Tu mis un grand chagrin :
Beaucoup parmi mes parents chéris,
Ont été emportés par toi,
Et dorment dans tes flots profonds.

Où sont-ils, tous les miens,
Que tu avalas obscurément,
De ta gueule sans pitié ?…
Hélas! Là-bas, au large,
Promenés sans fin par les vagues,
Ils sont Dieu sait où !

Et je devrais, à présent,
En grossissant ma voix,
Te maudire sans cesse,
Mais, tout de bon, je ne puis,
Quand je te vois lécher,
Les rochers de mon île chérie.

Je t’aime, je t’aime !
Tant pis, ma douleur,
J’étoufferai ton gémissement !
A toi mon cœur, ô mer,
Et si je quitte l’Armor,
Je mourrai sans toi !

.

Yann-Ber Kalloc’h (dit « Bleimor »)

.

© Annick 160921

copyright