Archives quotidiennes : 16/04/2021

© On dit que…


Atelier d’écriture chez Ghislaine

Récapitulatif du 140

#Atelier 149 du 100421 :

Mots imposés : dernier, page, silence, honteux, honorer, recevoir, atmosphère, toucher

ou thème « Rumeur »

.

On dit que…

.

Quatre sorcières l’air bien gentilles

Sur un banc simplement babillent

Ont l’air si bien, pas en guenilles

Presqu’en silence tirent l’aiguille

.

Elles sont assises simplement

D’vant la maison épiant passants

N’ont l’air de rien oui mais voilà

Sur leur visage sourire narquois

.

Tout simplement nos quatr’ commères

Ont répandu dans leur p’tite sphère

Des faits qui n’étaient que virtuels

Mais qu’elles ont décrété réels

.

C’était page du dernier roman

D’une écrivaine pleine de talent

Le court récit un peu « honteux »

D’un soir passé plutôt « joyeux »

.

Depuis atmosphère suspicieuse

Règne de façon insidieuse

Touchant de plein fouet l’écrivaine

Qui reçoit des mots pleins de haine

.

Dans la rue elle n’ose plus passer

Ou alors sous masque cachée

Comment démonter ces histoires

La concernant c’est désespoir

.

Elle décide alors d’publier

Dans l’journal local un billet

Billet d’humeur tout plein d’humour

Croquant portraits des gens du bourg

.

Devinez qui sont à la une ?

Quatre sorcières en ptits costumes

Honorant la page du roman

Dev’nue rumeur depuis un banc

.

Nos sorcières gros jean comme devant

Depuis disparurent de leur banc

Dans le bourg on ne les vit plus

Que pour leurs courses bien entendu !

.

Moralité

Quand on s’croit sorcière sûre de soi

Mieux vaut réfléchir à deux fois

Car rumeur que tu lanceras

Sûr en boomerang te reviendra

© Annick 160421

.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est unnamed.jpg

 

© Un poème qui Charme? Quel Bouleau!…


« Un mot qui en dit long…

Quand le mot devient texte : Atelier d’écriture et plus que ça encore ! »

Nouvel atelier d’écriture proposé par Annick SB ICI

Semaine 24: « Arbre » 

.

Un poème qui Charme? Quel Bouleau

.

Par un beau jour, sous un Palmier,

Un hobereau s’est allongé

Pour Noyer l’chagrin qui l’étreint

Et oublier c’qui Frêne l’entrain.

.

Son imagination s’déChêne,

Il voit son Isabeau en Chêne,

Son gigolo, ce zigoto,

L’a laissée seule sur le carreau.

.

Il la voit là sous l’Cocotier,

Entre les dents brin d’Olivier.

Semble dormir paisiblement,

Pas un seul geste. pas un mouv’ment.

.

Cyprès des larmes là il se voit,

L’en Tremble tant que ça se voit.

Il voudrait s’en aller Pêcher

Pour se distraire et oublier.

.

Mais tous ses membres ne Peuplier,

N’peut pas bouger reste figé.

Ne lui reste plus Câprier

Et ce vilain rêve oublier.

.

Moralité :

Hêtre serein c’est compliqué

Quand son Isabeau s’est figée,

Bien installée dans ses pensées.

Laurier pas mieux que lui géré.

.

Après un tel coup de Bambou,

Inutile d’partir on n’sait Houx !

La vie continue son chemin,

Yucca la suivre main dans la main.

.

© Annick 160421

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est la_justbme_270217.jpg